Le Progrès – Un bailleur a coupé l’eau à des familles lors de fortes chaleurs

La CoJEA dans la Presse

Le Progrès – Le 27 juillet 2015

Polémique. Selon une association, des foyers auraient subi des coupures d’eau, interdites par la loi, le mois dernier. La société concernée dit qu’elle était dans son droit. Privée d’eau depuis plusieurs jours, une locataire témoigne

Pendant trois ou quatre jours la mère de famille a dû se débrouiller pour faire la vaisselle et laver le linge de ses trois enfants. Elle est allée chercher de l’eau à la fontaine près de chez elle, à Balanod. Photo Mathilde Villeminot
Pendant trois ou quatre jours la mère de famille a dû se débrouiller pour faire la vaisselle et laver le linge de ses trois enfants. Elle est allée chercher de l’eau à la fontaine près de chez elle, à Balanod. Photo Mathilde Villeminot

La coordination jurassienne eau et assainissement (CoJEA) veut alerter l’opinion. Selon les membres de cette association qui défend les usagers, plusieurs familles jurassiennes auraient subi des coupures d’eau en juin. Inadmissible selon Gabriel Amard.

« On a vécu plusieurs jours de cauchemar » Julie, locataire privée d’eau.

« Il y a une loi qui interdit depuis 2014 de couper l’accès à l’eau pour des factures impayées. Certaines sociétés, en France, ont d’ailleurs été condamnées. Et une procédure en référé est en cours à Sète. C’est interdit et nous devons le faire savoir. »

Julie (prénom d’emprunt) est l’une des Jurassiennes concernées. La jeune femme de 28 ans, qui habite à Balanod depuis décembre et qui préfère rester anonyme, a eu son accès à l’eau coupé le mois dernier. « Je veux bien parler pour que d’autres personnes soient au courant. Mais je n’ai pas envie que l’on me reconnaisse », confie cette célibataire, maman de trois enfants. Une coupure que la société exploitante du réseau, la Sogedo, justifie : « La famille n’avait pas payé sa facture de mise en service, explique Lilian Billet, responsable de l’agence Sogedo de Saint-Amour. Dans ce cas précis, nous avons le droit de couper l’eau. » La note s’élevait à 144,92 euros, plus des frais d’intervention de 149,88 euros.

Le 26 juin, alors qu’elle vient de déposer ses deux aînés à l’école et qu’elle remonte avec son petit dernier d’un an et demi à la maison, Julie a la mauvaise surprise de découvrir qu’elle n’a plus d’eau au robinet. « Je suis allée à la boîte aux lettres où j’ai découvert un courrier de la société qui explique qu’en l’absence de paiement, des personnes sont intervenues « ce jour » pour fermer le branchement. » Une douche froide pour la jeune femme qui dit n’avoir reçu aucun avertissement. « C’est faux, nous avons envoyé deux lettres de relance avant de lui dire que l’eau serait coupée », poursuit Lilian Billet. « J’ai immédiatement téléphoné en leur disant que c’était illégal mais on m’a répondu qu’il était tout à fait possible de faire ça », poursuit Julie qui, sans permis de conduire, n’a eu d’autre choix que d’aller prendre de l’eau à la fontaine avec un « cubi » de 50 litres pour laver le linge de sa famille, faire la vaisselle… « Les magasins sont à 3 kilomètres, ce n’est pas facile d’aller acheter des packs d’eau à pied, sous la chaleur. On a vécu plusieurs jours de cauchemar. » Son ancien compagnon est finalement allé payer sa facture, minorée. « L’eau est revenue dans l’heure. »

Mathilde Villeminot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s